Lecture: L'Homme de demain (anthologie)






Titre : L'Homme de demain
Auteurs : Anthologie
Éditeur : Les Artistes Fous Associés
ISBN : 9782368260128
Date de sortie : Mars 2015
Lien





Résumé

Lectrices, lecteurs, vous tenez le destin de l'humanité entre vos mains !
À défaut de vous en lire les lignes, Les Artistes Fous Associés jouent les Nostradamus à l'occasion de leur quatrième anthologie, dédiée au futur de l’homme (et de l’Homme). 16 auteur(e)s venus de toute la francophonie, débutants comme confirmés, vous proposent leurs prophéties, entre lendemains qui chantent et lendemains qui déchantent... De l’utopie au cauchemar.


Mon avis

Si j'ai commencé à lire de la Science-Fiction, c'est que je voulais savoir comment les auteurs imaginaient le futur, de quoi demain sera fait pour eux et où sera l'Homme à ce moment-là. Et l'anthologie l'Homme de demain traite justement de ce sujet.

Chacun imagine le futur à sa façon, et cela m'a plu d'avoir de nombreux points de vue, tous différents les uns des autres. J'ai apprécié les différents textes qui composent l'anthologie, avec bien sûr des coups de cœur pour certains, qui m'ont touché plus que d'autres.

- La frontière des rêves (Tesha Garisaki) illustré par Cham et The Hyde's Asylum. 
Chaque être humain (sauf quelques tribus très isolées) possède une Intelligence Artificielle qui l'aide dans sa vie de tous les jours. Notre héroïne se demande si sa perception de la réalité ne serait pas modifié et amélioré par l'IA, et du coup elle décide de se retirer dans une tribu amazonienne pour faire le point.
J'ai beaucoup aimé cette nouvelle, surtout sa conclusion.

- Vintage Porn Star (Mathieu Fluxe) illustré par Corvis.
Un virus a tué tous les enfants. Il a donc fallu pousser les gens à procréer de nouveau, et pour y remédier, les gouvernements ont interdit les pornos, la prostitution, la pilule, l'avortement. Il fallait repeupler la planète. Malheureusement, les enfants nés ensuite vivent avec les fantômes de leurs frères et sœurs. Ils décident donc de se rebeller contre leurs parents et gouvernements.
Le texte est intéressant, mais j'avoue que je l'ai moins aimé que d'autres de l'anthologie.

- Paradise4 (Émilie Querbalec) illustré par Maniak.
Une nano bactérie a contaminé une grande partie de la population. On suit ici un futur père au moment de la naissance de son fils, avec tous ses questionnements.
Cette nouvelle est mon gros coup de cœur ! J'ai été happé par l'histoire et le final m'a totalement surprise.

- Maison close (Neil Jomunsi) illustré par Stabeor Basanescu.
Dans le futur, les robots vivent au milieu des humains. Notre héroïne s'est spécialisée dans le domaine des plaisirs sexuels réservés aux robots. Elle va devoir s'occuper d'un robot légendaire, et n'en sortira pas forcément indemne.
C'est un sujet original qui est traité ici, mais le texte est plaisant et on a envie d'en apprendre plus.

- Ergo sumus (Nunzio Cusmano) illustré par Venom.
Un savant stérile trouve une solution pour avoir des enfants, une solution extrême.
La nouvelle est assez courte, mais elle est efficace. L'auteur va droit au but, et j'ai apprécié.

- Caraville (Nelly Chadour) illustré par Deadstar.
Une ville composée de véhicules toujours en mouvement. Il ne faut pas s'arrêter de peur d'être rattrapé par la grande fournaise. La ville est divisée en deux : d'un côté les pauvres (avec notre héroïne), de l'autre la ville haute et les riches. Mais au final qui sont les plus à plaindre : les riches, les pauvres, ou ceux abandonnés au bord de la route.
Cette nouvelle fait partie de mes textes favoris. J'ai aimé que tout ne soit pas comme on l'imagine vraiment.

- Le cœur sous la cloche (Ludovic Klein) illustré par Stef-W.
Un enfant se fait punir car il est sorti du chemin. La nouvelle raconte ses sentiments et les réactions des différents protagonistes.
Il s'agit de la nouvelle que j'ai le moins aimé, mais cela ne veut pas dire que le texte est mauvais, juste que le sujet traité m'a moins touché. Personnellement, j'aurais aimé plus d'explications.

- Les Héritiers (Anthony Boulanger) illustré par Chesfear.
La Terre est en train de mourir et tous les humains ont évolué et ont maintenant acquis des capacités. Tous sauf un. Ils quittent la Terre pour différentes planètes qui leurs correspondent le mieux. Malheureusement, le seul humain normal doit rester sur Terre, une planète aujourd'hui dévastée.
J'ai beaucoup aimé cette nouvelle. Que ce soit l'histoire, ou la conclusion, que je trouve parfaite. Une grande réussite.

- La musique des sphères (Nicolas Chapperon) illustré par Cham.
Les Humains ont évolué pour s'adapter à la vie dans l'espace. Ils ressemblent plus à des extraterrestres qu'à nous. Ils vivent solitaires, isolés, à la recherche d'un endroit parfait. Cette histoire va nous raconter la rencontre entre une femelle et un mâle.
Au final, peu importe à quel époque, un homme et une femme n'attendent rarement la même chose d'une relation.

- Poogle Man (Herr Mad Doktor) illustré par Pénélope Labruyère et Chesfear.
Une IA implantée dans chaque être humain est connectée à une grande entreprise qui contrôle nos souvenirs. Si on veut les revoir, il faut payer. Et s'il était possible de changer ça ?
Une vision du futur assez négative, mais j'ai aimé qu'il y ait toujours des gens pour se révolter.

- L’absurde et très courte histoire de l’homme qui voulait monter dans la hiérarchie (Corvis) illustré par King Lizard.
Vu que la nouvelle ne fait qu'une page, je ne raconterais rien.
Mais j'ai adoré cette nouvelle, et surtout l'humour de l'auteur. Elle doit se lire 2 fois pour bien voir les différents sens des mots utilisés !

- Changez d’air (Arnaud Lecointre) illustré par Maniak.
Un homme décide de payer pour respirer de l'air pur et ainsi ne pas se faire contaminer par l'usine de sa ville. Il va se mettre à dos ses proches et ses collègues. Mais au final, qui aura eu raison ?
Une belle critique de la société de consommation.

- La vengeance du XIXe siècle (Maniak) illustré par Christophe “FloatinG” Huet.
Après avoir été amputé à la guerre, notre héroïne se sent mal dans sa peau. Jusqu'au jour où elle va acheter une splendide prothèse ancienne, qui va peu à peu fusionner avec elle.
Un jour les robots dirigeront le monde, et ils ont déjà commencé.

- Patrino (Vincent Leclercq) illustré par Cold Mind Art.
Les villes sont des êtres vivants en symbiose avec les humains. Et une ville va accoucher, ce qui n'est pas arrivé depuis mémoire d'Homme. Quatre humains vont partir l'aider et la soutenir dans cette épreuve. 
L'auteur a réussi à me faire ressentir de l'empathie et de l'inquiétude, pour une chose que considère inanimée. Bravo !

- Moisson (Gallinacé Ardent) illustré par ARZH.
Les Hommes ont fusionné avec des plantes. Et ils ne sont plus les êtres dominants sur la planète.
J'ai aimé le côté plutôt sanglant de cette nouvelle, ainsi que le fait que ce ne soit plus les êtres humains en haut de l'échelle alimentaire.

- Les enfants de nos enfants (Southeast Jones) illustré par Kenzo Merabet.
La nouvelle est découpée en plusieurs parties, chacune représentant une période du futur. Elle nous présente les différentes évolutions de l'être humain, jusqu'à un très beau final.
Un très beau texte, avec une belle vision du futur, la plus joyeuse de tout le recueil.

En conclusion, cette anthologie a été une belle découverte. Peu importe notre vision du futur, je pense que certains se retrouveront dans ces textes.

Je remercie les Artistes Fous Associés pour m'avoir envoyé cette anthologie.

Aucun commentaire